Où souhaitez-vous
partager cette page ?

Menu
Les plus
consultées

Ballon-chasseur

Saviez-vous que...

Les jeux de balle sont connus dès l’Antiquité. Mais quand est-il du ballon-chasseur ? Cela reste un mystère. Le ballon-chasseur pourrait-il trouver son origine dans le jeu de la balle à la marque (balle commune) de l’Antiquité ? Julius Pollux (maître de rhétorique et spécialiste de l’étude des textes du IIe siècle) expose le jeu : « On se partageait en deux camps égaux; au milieu, on traçait une ligne avec un éclat de pierre et sur cette ligne on plaçait la balle. En arrière des deux camps, on tirait deux autres lignes. Ceux qui avaient saisi la balle, la lançaient par-dessus les joueurs du camp opposé ceux-ci s'efforçaient de la saisir et de la renvoyer. Le jeu continuait ainsi, jusqu'à ce qu'un des deux partis fut parvenu à repousser l'autre jusqu'au delà de sa ligne d'arrière. »

À l’époque, le ballon se confectionne avec une vessie de porc ou de mouton remplie de son, de foin, de poils, de paille, de crin, de plumes ou d’air. La vessie est recouverte de cuir. Le caoutchouc remplace la vessie animale vers 1890 où démarre une production industrielle.

  • Ballon-chasseur au service de garde Saint-Pierre

    But

    Toucher et éliminer les joueurs de l’autre équipe en lançant un ballon sur l’adversaire sans qu’il l’attrape.

    Nombre de joueurs

    Illimité, pourvu qu’il y ait deux équipes égales. Ajout de ballon selon le nombre de joueurs.

    Espace de jeu

    Grand espace rectangulaire divisé en deux sections égales. L’espace de jeu peut s’ajuster selon la quantité de joueurs.

    Règlements

    • Ballons reçus à la tête ne comptent pas.

    • Interdiction de lancer au visage et de dépasser les lignes. Si un joueur lance au visage ou dépasse la limite de l’irrespect, il est retiré du jeu jusqu’à ce qu’il démontre une meilleure attitude et une volonté de jouer de façon appropriée.

    • Quand tu es mort ou éliminé, tu t’en vas « sur le banc ». Les joueurs forment en réalité une ligne sur le côté du jeu avec les autres camarades éliminés.

    • Le dernier joueur restant de l’équipe délivre toute son équipe s’il attrape le ballon.

    • Lorsque le ballon quitte l’espace de jeu, il revient à l’équipe de la zone où le ballon a quitté le terrain.

    Déroulement

    Le responsable du jeu, souvent un membre du personnel d’un établissement scolaire, délimite l’espace de jeu, explique ou rappelle les règles et forme les équipes au hasard. Les joueurs se placent sur la ligne centrale du jeu et le responsable divise les équipes en envoyant le premier enfant d’un côté du terrain et le deuxième de l’autre côté, ainsi de suite.

    Chaque équipe désigne un joueur pour la mise au jeu. Le ballon est mis en jeu, au milieu du terrain, par « l’arbitre » qui le lance dans les airs. Les deux joueurs essaient de pousser le ballon de leur côté du terrain. Le joueur qui attrape le ballon débute la partie en effectuant le premier lancé à l’équipe adverse. Si l’adversaire l’attrape, il le lance à son tour. Si le ballon le touche et qu’il ne l’attrape pas, le joueur est « mort » ou éliminé. Si le ballon parvient à toucher plusieurs joueurs, ils sont tous éliminés. Les joueurs éliminés s’en vont « sur le banc ». Ils se positionnent en réalité en ligne, debout, sur le côté du jeu. Un autre joueur de l’équipe de l’éliminé lance le ballon à l’autre équipe et ainsi de suite. Lorsqu’un joueur attrape le ballon, il délivre un de ses coéquipiers. La délivrance s’opère par ordre d’élimination. Le premier joueur éliminé est délivré en premier. À la toute fin, le dernier joueur « vivant » délivre l’ensemble de son équipe en attrapant le ballon. S’il l’échappe, c’est la fin de la partie.

Saviez-vous que...

Le ballon-chasseur était autrefois transmis et régi par les enfants eux-mêmes. C’était eux qui organisaient les parties, dressaient les règles et les appliquaient. De nos jours, ce sont davantage les adultes responsables de leur éducation qui commandent le jeu. Le jeu s’adapte et évolue au rythme et à l’image de la société.

La version du jeu pratiquée actuellement par les enfants est une adaptation (sans la vache) pour faciliter la participation des plus jeunes. Le jeu du ballon-chasseur est aussi connu sous le nom de la balle aux prisonniers, ballon prisonnier, balle au camp et balle-chasseur.

Contexte actuel 

Une controverse entourant le ballon-chasseur s’empare de l’actualité en juin 2019. Joy Butler, professeur de pédagogie à l’Université de la Colombie-Britannique, estime que le jeu devrait être bannit du cadre scolaire parce que, selon elle, le ballon-chasseur est une forme d’« intimidation légalisée », un « instrument d’oppression ». Une éducatrice au service de garde Saint-Pierre est pour le ballon-chasseur, mais de façon supervisée et respectueuse. Le ballon-chasseur encadré permet, selon elle, d’éviter les comportements inappropriés entre enfants et de valoriser la collaboration entre les joueurs. Au service de garde Saint-Pierre, les joueurs dépassant les limites de l’irrespect ou lançant le ballon au visage sont automatiquement retirés du jeu jusqu’à ce qu’ils démontrent une meilleure attitude et une volonté de jouer convenablement. De plus, les éducatrices stimulent le partage du ballon entre les joueurs d’une même équipe. Ceux qui l’attrapent constamment l’offre à ceux qui l’obtiennent moins souvent. Après quelques parties, le partage s’accomplit de lui-même, sans intervention.

Ce jeu simple permet d’inclure plein d’enfants. Deux éducatrices du service de garde, en collaboration avec le service de dîneurs, ont déjà organisé une partie géante à 120 joueurs, 60 par équipe. L’ajout de quelques ballons au jeu (3 à 4) demandait aux joueurs d’être alertes en tout temps, car les ballons arrivaient de partout. Le service de garde Saint-Pierre organise, à chaque année, une partie de ballon-chasseur opposant les parents et les éducatrices aux enfants qui obtient beaucoup de succès. Cette initiative crée des liens entre les parents et les éducatrices et les enfants adorent l’expérience.

Que pensez-vous du ballon-chasseur?