Où souhaitez-vous
partager cette page ?

Menu
Les plus
consultées

Titre: Le Discobole
Artiste: Germain Bergeron (1933 -)
Année de l’installation : 1976
Emplacement : Stade municipal, 1600, boulevard de la Base-de-Roc (Joliette)
Matériaux : Métal
Dimensions : Plus de deux mètres de hauteur

Symbolique de l'oeuvre
Le détail du corps importe peu à l’artiste, ce qu’il a voulu représenter, c’est le mouvement du sportif. Il saisit l’action, le moment où le sportif est prêt à lancer son disque. La sculpture démontre également sa force. La simplicité de la sculpture marque une certaine légèreté. Le socle, assez haut, lève le discobole qui s’appuie sur une jambe, l’autre étant suspendue dans les airs. Ses jambes sont pliées et montrent la prise au sol du sportif, ses bras sont tendus, prêts à lancer le disque et son corps, penché en arrière, montre la puissance du lancer.

Contexte de création
En 1976, le programme « Arts et culture » des Jeux olympiques de Montréal a fait don de six sculptures à la Ville de Joliette qui hébergeait les activités de tir à l’arc. Les artistes sont Marcel Barbeau, Germain Bergeron, Louis Archambault. Les artistes Ivanhoë Fortier et Yves Trudeau sont également notés comme participants, mais les plaques d’identification de leurs œuvres n’évoquent pas les Jeux olympiques de 1976. L’enseigne de tir à l’arc située dans le parc Pierre-Charbonneau fait partie des monuments liés aux Jeux olympiques de 1976.

Biographie de l'artiste
Ancien frère de la Congrégation de Sainte-Croix, Germain Bergeron réalise des sculptures monumentales en métal recyclé soudé. Ses sculptures rouges ont un côté graphique et schématique. Des œuvres de Bergeron se trouvent également devant le Collège de L’Assomption, Pic et pelle à la station de métro Monk à Montréal, ainsi que Le Discobole à Joliette.

Référence 
Musée d’art de Joliette

Source 
Émilie Létur    
09/07/2013

Portail citoyen

Inscrivez-vous au portail
pour recevoir des alertes
sur votre cellulaire.

Visitez le portail