Où souhaitez-vous
partager cette page ?

Menu
Les plus
consultées

Ancienne Chapelle Saint-Joseph et Ancienne École industrielle

Fiche descriptive du bâtiment

Nom du bâtiment : Ancienne Chapelle Saint-Joseph et Ancienne École industrielle
Numéro civique : 780-800
Rue : Monseigneur-Forbes
Date de construction : 1884-1885
Fonction d’origine : École industrielle et chapelle
Fonction actuelle : Bureaux
Revêtement extérieur : Pierre
Concepteurs : Maurice Perrault et Albert Mesnard
Entrepreneur : Alphonse Durand

Architecture
Le bâtiment de l’ancienne École industrielle de Joliette représente une petite partie de l’actuel complexe du point de service de Joliette des Centres jeunesse du Québec. L’École est construite en pierre de taille et en pierre à bossage dans un style rappelant ceux du Cégep, de l’évêché et de la cathédrale, autant de bâtiments conçus et dirigés par les Clercs de Saint-Viateur. Son toit à la Mansart muni de multiples lucarnes et ses fenêtres arquées en sont des exemples. Le pignon au centre de la façade, s’élevant plus haut que la toiture, rappelle l’effet des clochers des églises. L’ensemble donne l’impression d’une influence architecturale Second Empire. À la gauche du bâtiment d’origine, le grand complexe de quatre étages contraste énormément par son allure très moderne. En dépit de ce contraste, l’intégration de l’ancienne École industrielle dans son état d’origine au sein du complexe actuel reste très pertinente.

Historique
L’ancienne École industrielle de Joliette a été construite en 1884 par le Révérend Prosper Beaudry à la suite d’un généreux don d’Édouard Scallon. L’école était dirigée par les Clercs de Saint-Viateur, plus précisément par le Révérend Turcotte qui en était le directeur. En plus des ateliers pratiques d’ébénisterie, de cordonnerie ou de couture, les étudiants suivaient des cours de comptabilité et apprenaient comment faire des transactions commerciales de base. Chacun de ces trois programmes duraient trois ans; à leur sortie, les étudiants étaient en mesure de s’occuper de la confection autant que de l’administration de leur futur commerce. Tout au long de leurs études techniques, ils fabriquaient des meubles, des vêtements et des chaussures qu’ils pouvaient vendre par la suite.

Le bâtiment d’origine a été conservé et annexé au point de service des Centres jeunesse du Québec à Joliette. Il a gardé son style d’inspiration religieuse et l’élégance des détails architecturaux en fait un bâtiment important pour le patrimoine bâti de la ville de Joliette.

Références

GERVAIS, Albert. «Numéro souvenir de ses noces d’or, 1843-1893», Joliette illustré, Joliette, L’étoile du Nord, 1893.

SARTOU, Manon et Claude MICHAUD, Association québécoise d’urbanisme. Mieux comprendre le patrimoine architectural pour mieux le préserver, Association québécoise d’urbanisme, Montréal, 1999, 48p.

 

Portail citoyen

Inscrivez-vous au portail
pour recevoir des alertes
sur votre cellulaire.

Visitez le portail