Où souhaitez-vous
partager cette page ?

Menu
Les plus
consultées

Résidence des Clercs de Saint-Viateur et Centre Champagneur / Maison provinciale des Clercs de Saint-Viateur

Fiche descriptive du bâtiment

Nom du bâtiment : Résidence des Clercs de Saint-Viateur et Centre Champagneur / Maison provinciale des Clercs de Saint-Viateur
Numéro civique : 132
Rue : Saint-Charles-Borromée Nord
Date de construction : 1939-1941
Fonction d’origine : Maison provinciale des Clercs de St-Viateur et noviciat
Fonction actuelle : Maison provinciale des Clercs de St-Viateur
Revêtement extérieur : Pierre de calcaire bosselée et colorée
Concepteur(s) : Père Wilfrid Corbeil (concepteur) René et Gérard Charbonneau (plans et devis)
Fonction du concepteur : Clerc de St-Viateur (Père Wilfrid Corbeil), architectes (René et Gérard Charbonneau)
Style architectural : inspiration allemande et normande romane à l’époque du Moyen Âge

Architecture
La maison provinciale est formée de deux ailes reliées entre elles par un passage couvert dont les ouvertures laissent voir la cour intérieure. Le revêtement extérieur se compose de pierres provenant de la rivière L’Assomption et la toiture est en partie faite en cuivre. La façade arbore un tympan sculpté dans la pierre représentant Saint Viateur entouré d’anges. Le bâtiment compte deux étages avec les chambres au deuxième et plusieurs salles pour de multiples usages au rez-de-chaussée. L’aile gauche comporte une galerie à arcades tandis que la tour adjacente à l’aile droite, largement fenêtrée, laisse entrer beaucoup de lumière dans les salons qu’elle abrite. L’architecture de la chapelle s’inspire de l’église allemande de Frielingsdorff. Dessinés par Marius Plamondon, les vitraux ont été réalisés par la Maison O’Shea de Montréal.

Historique
L’histoire des Clercs de Saint-Viateur à Joliette remonte à 1847 avec l’arrivée de trois Clercs venus directement de France. En plus de diriger le Collège de Joliette, ils fondent un noviciat qui sera toutefois détruit en grande partie dans un incendie en 1937. Reconstruit deux ans plus tard selon les plans du Père Wilfrid Corbeil et des architectes René et Gérard Charbonneau, il servira aussi de maison provinciale.

Cette nouvelle maison provinciale s’inspire des bâtiments religieux normands et allemands, entre autres l’abbaye bénédictine de Saint-Georges-de-Boscherville construite au 12e siècle, et de l’église allemande de Frielingsdorff. En effet, par leur forme ogivale, les colonnes et les voûtes rappellent l’architecture du Moyen Âge. Détail intéressant, les pierres de taille bosselées proviennent des rives de la rivière L’Assomption derrière la résidence. Les nombreux pignons, la tourelle fenêtrée et les ouvertures archées dans les passages couverts viennent compléter l’architecture médiévale de cette grandiose construction.

À partir des années 1960, la laïcisation du système d’éducation du Québec entraînera la perte de responsabilité des Clercs dans ce domaine. En 1968, le Cégep de Joliette prend en charge les cours collégiaux et, en 1986, l’ancien Séminaire devient l’Académie Antoine Manseau. La maison provinciale des Clercs de Saint-Viateur demeure méconnue puisque, jusqu’en 1969, la règle canonique de la clôture empêchait l’ouverture des lieux religieux au public. Bien que l’avenir du bâtiment soit incertain, il sera toujours partie intégrante du patrimoine religieux de Joliette.

Références

CLAVEL, Bernard F. et Carol Roy. « Repères du paysage Lanaudois », Continuité, n° 43, 1989, p. 22-27. 

HÉBERT, Bruno. Le Noviciat Saint-Viateur de Joliette, une image de la beauté céleste, Joliette, Les Clercs de Saint-Viateur du Canada, 2012, 50 p.

MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DES COMMUNICATIONS, Clercs de St-Viateur, (page consultée le 15 août 2013).

Portail citoyen

Inscrivez-vous au portail
pour recevoir des alertes
sur votre cellulaire.

Visitez le portail