Où souhaitez-vous
partager cette page ?

Menu
Les plus
consultées

Maison Georges-Lesage

Fiche descriptive du bâtiment
Nom du bâtiment : Maison Georges-Lesage
Numéro civique : 844-846
Rue : Manseau
Date de construction : 1921
Fonction d’origine : Résidence
Fonction actuelle : Résidence
Revêtement extérieur : Brique et bardeau de cèdre
Concepteur : Alphonse Durand
Fonction du concepteur : Architecte-entrepreneur
Style architectural: néo-Queen Anne (1890-1914) et Shingle (1890-1920)

Architecture
Érigée en 1921, la résidence Lesage fait partie des quelque 20 à 30 demeures dont la conception est attribuée à l’architecte Alphonse Durand. Sa vision de l’architecture a été fortement influencée par ses nombreux voyages aux États-Unis et en Europe en compagnie de sa femme, la sculpteure Marie Schwerer. Cette vision est moins évidente dans les édifices publics car il devait souvent composer avec des contraintes, notamment lorsqu’il devait ajouter une annexe ou des éléments architecturaux à des bâtiments existants. Les résidences qu’il a conçues reflètent toutefois très bien l’influence architecturale britannique et américaine. La résidence Lesage, située à quelques pas de la Maison Antonio-Barrette et en face de la Maison Hervé-Chiré de Cournaud, est un bon exemple du mélange de styles qu’Alphonse Durand met souvent en œuvre dans ses créations. Les styles néo-Queen Anne et Shingle, dont Durand s’inspire, sont tous deux apparus dans les années 1890. Certaines caractéristiques architecturales sont communes aux deux styles, notamment la volumétrie complexe, les toits librement disposés et l’asymétrie des fenêtres. La résidence Lesage arbore ces éléments et plus encore. Riche en détails architecturaux sur toutes ses faces, elle mérite d’être admirée aussi bien du boulevard Manseau que de la rue Lavaltrie Nord. Le mélange de matériaux dans le revêtement extérieur et l’amalgame des couleurs sont savamment exécutés. Les balcons en angle ajoutent un autre coup d’éclat à cette résidence.

Plusieurs éléments architecturaux rappellent les styles néo-Queen Anne et Shingle. La volumétrie imposante et complexe sort définitivement du carré traditionnel. L’utilisation du bardeau dans la moitié supérieure de la résidence vient mettre l’accent sur la multitude de toits de différentes tailles. Le solage apparent et l’asymétrie des nombreuses fenêtres, de formes diversifiées, caractérisent bien le style architectural d’Alphonse Durand. En plus de fenêtres tant à la verticale qu’à l’horizontale, certaines sont arquées adjacentes à une autre plein-cintre. La résidence est aussi munie de plusieurs balcons, dont la plupart mènent à l’une des nombreuses portes, qui viennent marquer ses formes complexes. Deux balcons de forme polygonale sortent du lot. Ils sont superposés à l’angle de deux faces de la demeure et constituent un point focal de son architecture. La tôle utilisée en revêtement pour le toit laisse croire qu’il était recouvert de bardeau à l’origine. Toutefois, l’utilisation de la tôle rouge se mélange bien au style de la demeure et ne le dénature pas.

Références

SARTOU, Manon et Claude MICHAUD. Mieux comprendre le patrimoine architectural pour mieux le préserver, Association québécoise d’urbanisme, Montréal, 1999, 48p.

MARTINEAU, Jocelyne. Étude historique, analyse architecturale et évaluation patrimoniale de la résidence Schwerer-Durand, Ministère des Affaires culturelles, direction Laval-Lanaudière-Laurentides, mars 1993, 232 p.

Portail citoyen

Inscrivez-vous au portail
pour recevoir des alertes
sur votre cellulaire.

Visitez le portail